Un prototype de cabine mis au point avec le Français Safran vient d’être présenté lors de la conférence Elevate consacrée au futur des transports urbains.

modèle de référence de taxi volant d’Uber a été imaginé avec Safran.


A quoi ressemblera un trajet à bord d’un taxi volant ? C’est pour répondre à cette question qu’Uber s’est penché sur l’intérieur des engins de son futur service Uber Air. Avec le Français Safran, il a imaginé le design des cabines. Nom de code : MDC pour Mission Driven Cabin. A bord, on trouve quatre sièges passagers et deux pour les pilotes qui assureront la conduite des taxis volants électriques dans les premiers temps. Le service deviendra à terme autonome.


L’eVTOL (vertical take-off and landing aircraft) d’Uber est exposé en marge de sa conférence Uber Elevate cette semaine à Washington. Il comporte six hélices, dispose de quatre portes et affiche un design blanc immaculé à l’extérieur comme à l’intérieur, avec des sièges en cuir. Des LED bleues phosphorescentes ajoutent une touche futuriste à l’ensemble. Le tableau de bord affiche deux écrans avec à gauche toutes les données de navigation ainsi que l’itinéraire, et à droite, l’état de l’habitacle. Il ne s’agit toutefois que d’un modèle de référence, la version finale pourrait donc beaucoup évoluer.


Le taxi volant comporte six sièges.01net.com – Le taxi volant comporte six sièges.
« Nous avons proposé six maquettes complètes, avec de multiples itérations dans chacune, examinant les sièges, les doublures et le positionnement de la fenêtre » , a précisé Scott Savian, le vice-président directeur de ZEO chez Safran Cabin. Avec un impératif : une cabine adaptée à un engin relativement compact.


Uber propose également une expérience en réalité virtuelle qui permet de vivre -un peu- l’expérience qui sera proposée dans quelques années aux utilisateurs. Nous avons pu l’essayer.
La vidéo a été réalisée en collaboration avec Bipolar Studio. Rien n’a été oublié : la plate-forme de décollage, le bruit plus ou moins prononcé des moteurs, le survol des zones urbaines, la météo qui varie et passe du soleil au brouillard, la nuit qui tombe. On notera que le taxi volant se reconfigure une fois en vol et qu’une partie de ses moteurs se rétractent.

Après l’atterrissage sur le Skyport, la plate-forme descend avec le taxi volant comme un ascenseur, puis glisse jusqu’à une sorte de parking. Les portes s’ouvrent alors pour laisser les passagers sortir. C’est peut-être ce qui nous attend dans quatre ans.