Lorsqu’Elon Musk affirme que le moteur et la carrosserie de ses berlines ont une durée de vie d’ 1,6 million de km et que les batteries ne doivent être remplacées qu’après 500.000 à 800.000 km, peu de gens le prennent au sérieux. Pourtant les performances en matière de longévité de certaines Tesla, mais aussi d’autres voitures électriques, confirment que leur durée de vie est beaucoup plus longue que celle des véhicules à moteur thermique. Hansjörg Gemmingen, un automobiliste allemand, a déjà parcouru plus de 900.000 km avec sa Tesla Model S.

Déjà connu dans le monde des fans de Tesla en tant que détenteur du record de la plus longue distance parcourue avec une Tesla Roadster (620.000 km), Hansjörg Gemmingen a créé le buzz il y a quelques jours lorsqu’il a publié sur Twitter la preuve que sa Model S P85 affiche 900.000 km au compteur.

Il ne compte bien sûr pas s’arrêter là et projette d’atteindre le million de kilomètres avant la fin de l’année.
Suivant les informations qui circulent sur internet, la batterie de sa voiture aurait déjà été remplacée une fois, mais nous ne savons pas après combien de kilomètres cette opération a eu lieu. Par contre, aucun autre composant n’aurait été changé, à part sans doute les pneus et les essuie-glaces.

Hansjörg Gemmingen n’est pas un cas isolé : sur le « Tesla High Mileage Leaderboard » tenu à jour par quelques fans, une dizaine d’autres propriétaires de Model S ou même de Model X ont plus de 500.000 kilomètres à leur actif. Et il ne s’agit là que de ceux qui se sont enregistrés sur ce palmarès. D’autres conducteurs anonymes ont peut-être avalé autant voire plus de distance avec leur véhicule électrique, sans s’être manifesté.

Ces statistiques confirment donc ce que plusieurs scientifiques et experts affirment depuis longtemps : la durée de vie des véhicules électriques est beaucoup plus longue que celle des voitures thermiques. Alors que dans ces dernières, le moteur diesel ou essence comme d’autres composants essentiels tels que la boîte de vitesse ou l’embrayage tiennent très rarement le coup pendant plus de 400.000 km, un moteur électrique ne s’use que très peu … et il n’y a dans une électrique ni boîte de vitesse ni embrayage.

Les études qui comparent les émissions de CO2 des voitures thermiques et électriques pendant leur cycle de vie et qui tiennent compte d’un même nombre de kilomètres avant la mise à la casse dans les deux cas sont donc biaisées et leurs résultats surestiment systématiquement les émissions des électriques.

Qu’en pensez-vous ? Si certains lecteurs peuvent également faire état d’un grand nombre de kilomètres avec leur voiture électrique (Tesla ou autre marque) signalez-le dans les commentaires ci-dessous, ce sera toujours intéressant à savoir.